La langue Atikamekw


La langue atikamekw

95% des Atikamekw parlent leur langue maternelle. Dans les communautés, ce pourcentage monte à près de 100 %. Certains aînés sont unilingues Atikamekw, de même que la majorité des jeunes enfants. La langue atikamekw est une langue complexe, riche et bien vivante. Elle fait partie de la grande famille des langues algonquiennes, comme le cri, l’algonquin et le montagnais (l’innu). On dit que les aînés arrivaient à se comprendre entre nations.

 C’est probablement l’éloignement du territoire qui a permis aux Atikamekw de conserver leur langue, contrairement aux Hurons, aux Abénaquis, aux Iroquois et aux Micmacs qui ont été en contact fréquent avec les Européens dès l’arrivée de ceux-ci en Amérique. «L’atikamekw est la langue autochtone la plus vigoureuse au Canada. L’âge moyen de ceux qui la parlent à la maison est de 21,5 ans, comparativement à 65 ans chez les Haïdas. C’est la moyenne la plus basse au Canada.»*

 Le français est la langue seconde des Atikamekw. C’est la langue de la scolarisation à partir du 2e cycle du primaire et dans certaines communautés, dès la première année. C’est aussi la langue de la modernité : les gens écoutent la télévision et naviguent sur Internet en français. Elle est souvent utilisée au travail. Certains parlent aussi l’anglais.

 Mais l’atikamekw reste la langue du cœur et des émotions des Atikamekw. Elle est source d’identité. Elle sert même de langue d’enseignement au premier cycle du primaire depuis l’adoption du programme bilingue en 1992. De plus en plus, les communiqués officiels des conseils locaux, des écoles et des différents services sont écrits en atikamekw.

 Les Atikamekw sont de tradition orale. Leur langue a d’abord été écrite par les missionnaires, puis par divers linguistes. Formé en 1986, l’ILA (Institut linguistique atikamekw) a permis la standardisation de l’orthographe atikamekw et sa modernisation en nommant des objets qui n’existaient pas dans leur culture matérielle traditionnelle et qui étaient devenus des objets d’usage courant, par exemple, automobile, ordinateur, télévision, etc.

 L’ILA a aussi permis la production d’ouvrages de référence comme le guide orthographique, le lexique thématique, le lexique alphabétique interactif sur CD et la grammaire atikamekw.